Vrai Faux sur le RGPD

RGPD : Vrai / Faux sur la protection des données

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est un texte adopté à l’échelle européenne depuis le 25 mai 2018. La mise en place de cette nouvelle réglementation apparaît comme une véritable barrière pour respecter la vie privée de tous. Concernant l’ensemble des utilisateurs d’internet, les entreprises ainsi que les institutions publiques, ce règlement implique différentes mesures afin d’assurer la protection des données de chaque individu. Pour comprendre quel niveau de protection est apporté par le RGPD, il est important de déterminer les réelles implications de cette nouvelle réglementation et de rétablir clairement les objectifs du RGPD.

Les vraies affirmations concernant le RGPD

Le Droit à l’oubli est une mesure du RGPD

Grâce au RGPD, les utilisateurs disposent désormais de nouveaux droits leur permettant de s’opposer au traitement de leurs données personnelles “pour des raisons tenant à sa situation particulière”. Ce droit à l’oubli doit aujourd’hui être respecté par toutes les entreprises et institutions publiques qui doivent mettre en place les outils pour assurer le droit à l’oubli ainsi que le droit à l’effacement.

Le RGPD redonne confiance

Suite aux scandales et fuites de données personnelles survenus ces dernières années, les internautes ont peu à peu perdu confiance dans les marques et la protection de leur vie privée lors de la navigation sur internet. Une grande méfiance à transmettre certaines informations s’est donc installée. La mise en place du RGPD et de ses mesures de sécurité est donc un moyen de regagner la confiance des utilisateurs et de les informer clairement sur les objectifs et les intérêts du traitement de certaines données.

Les organismes concernés doivent tenir un registre de traitement

Depuis l’entrée en vigueur du RGPD, chaque état de l’Union Européenne est doté d’une instance de contrôle. En France, c’est la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) qui remplit cette mission. Afin de contrôler la conformité au RGPD, les entreprises et structures publiques concernées se doivent de présenter un registre des activités de traitement des données personnelles en cas de contrôle par cette institution.

La CNIL est clémente lors des premiers contrôles

Cette affirmation a pu se vérifier au cours des premiers mois qui ont suivi la mise en conformité des entreprises et institutions concernées. Cependant, selon la gravité et l’importance de la violation au RGPD, les sanctions émises par la CNIL peuvent être particulièrement lourdes. La preuve en est avec Google que la CNIL a sanctionné en janvier dernier avec une amende de 50 millions d’euros.

Les fausses idées autour du RGPD

Les utilisateurs sont contre la publicité ciblée

Bien que les utilisateurs recherchent une véritable protection de leur vie privée, ils ne sont pas pour autant fermement opposés au traitement de leurs données. En effet, pour une majorité, il est préférable de recevoir une publicité ciblée qui sera utile et pertinente selon leurs goûts et besoins personnels.

L’anonymisation est respectée si le nom et prénom ne sont pas connus

Le respect de l’anonymisation des données implique d’aller plus loin. En effet, pour que les données collectées soient pleinement anonymes et respectueuses du RGPD, les organismes concernés se doivent de supprimer tout lien éventuel entre les informations personnelles et l’individu auxquelles elles sont attachées.

Les informations de géolocalisation sont sensibles

Le RGPD permet de clarifier le traitement des données sur internet et de classifier la nature des différentes informations. Concernant les informations de géolocalisation, elles ne font pas partie des données considérées comme sensibles. Elles le deviennent lorsque, liées à d’autres données, elles permettent une identification de l’utilisateur.

La désignation d’un DPO suffit à garantir la conformité au RGPD

La mise en conformité des entreprises et des institutions publiques implique une collaboration entre différents acteurs. Parmi eux, le DPO a une place centrale mais doit être épaulé dans sa mission de vérification de la bonne application du RGPD.

Le RGPD : une réglementation nécessaire pour la vie privée

Le RGPD fait partie des textes particulièrement importants pour protéger la vie privée des internautes mais également pour redonner confiance dans les différentes marques et annonceurs. Afin de bien comprendre comment fonctionne cette nouvelle réglementation, il est important de savoir que le RGPD n’interdit pas le traitement des données, il est là pour assurer un traitement ne nuisant pas à la vie privée de l’internaute. Face aux différentes polémiques et inquiétudes des individus sur leur navigation sur internet, la mise en place de cette réglementation apparaît aujourd’hui comme une mesure nécessaire.

En apportant cette transparence dans le traitement des données personnelles, le RGPD a permis d’apporter une véritable sécurité quant à la navigation sur internet et une confiance des clients dans les marques. Le RGPD vient donc réglementer la collecte et le traitement des données pour que les entreprises et structures publiques utilisent ces informations de la manière la plus conforme qu’il soit et dans l’intérêt des utilisateurs. En place depuis près d’un an, ce texte fait aujourd’hui pleinement partie de la navigation sur internet. Il est essentiel que les utilisateurs soient parfaitement informés sur les dispositions de ce nouveau règlement afin qu’ils connaissent les différents droits dont ils disposent pour contrôler leur vie privée sur internet.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *