Sécurité des données

10 conseils à suivre pour sécuriser les données de votre entreprise

Les cyberattaques informatiques, parfois même à l’encontre de grandes sociétés, se font de plus en plus régulières. Un phénomène qui s’observe également auprès des TPE/PME et des particuliers. Outre les désagréments évidents qu’engendrent de telles attaques, aussi bien d’un point de vue opérationnel qu’au niveau de la réputation d’une société, les enjeux de la sécurité informatique sont d’autant plus importants depuis l’entrée en vigueur du RGPD. D’ores et déjà imposée par la loi Informatiques et Libertés, la sécurisation des systèmes d’information d’une entreprise doit être garantie. Les organismes possédant des données personnelles utilisateurs doivent ainsi tout mettre en œuvre pour les protéger, essentiellement par l’intermédiaire de leur responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) ou leur direction des systèmes d’information (DSI). Voici quelques conseils à suivre pour assurer la sécurisation des données de votre entreprise.

1 – Respecter une politique rigoureuse de mot de passe

En premier lieu, il faut adopter une politique rigoureuse de mot de passe, étant donné qu’il est le premier levier de sécurisation d’un poste informatique. La première des protections est donc de restreindre l’accès à un poste de travail ou à un fichier, via un identifiant et un mot de passe. Ce mot de passe doit impérativement être individuel, difficile à deviner et bien sûr demeurer confidentiel. En outre, il ne doit être inscrit sur aucun support. Le responsable informatique ou la DSI doit déployer une politique de gestion des mots de passe particulièrement rigoureuse. Ainsi, un mot de passe devrait être constitué d’au moins 8 caractères, mêlant lettres, chiffres et caractères spéciaux. De même, il convient de le renouveler environ tous les trois mois, tout du moins de manière fréquente. S’il est attribué par l’administrateur d’un système, le mot de passe doit pouvoir être changé par l’utilisateur dès la première utilisation. Ces recommandations s’appliquent également aux administrateurs des systèmes et du réseau, en ce qui concerne les mots de passe qu’ils utilisent eux-mêmes.

2 – Déployer une procédure de création et de suppression des comptes utilisateurs

De manière à responsabiliser l’ensemble des intervenants et éventuellement, être capable de retracer les actions effectuées sur un fichier, l’accès aux postes de travail et aux applications doit se faire uniquement via des comptes nominatifs. Ces comptes ne doivent pas être génériques, mais réellement personnalisés. Évitez ainsi les comptes du type “compta1, compta2, service-client, etc), qui ne permettent pas d’identifier précisément une personne, mais juste un service dans son ensemble. Une règle qui s’applique également aux comptes dédiés aux administrateurs des systèmes et du réseau, ainsi qu’aux autres agents engagés dans l’exploitation du système d’information.

3 – Sécuriser au maximum les postes de travail

La première des recommandations à appliquer est de paramétrer les postes de travail de chaque agent, afin qu’ils se verrouillent automatiquement au-delà d’un certain temps d’inactivité (tout au plus 10 minutes). Dès qu’ils s’absentent de leur bureau, les agents doivent également être incités à verrouiller leur poste. Ces dispositions sont destinées à restreindre les risques d’une utilisation frauduleuse d’un poste de travail ou d’une application lors de l’absence momentanée d’un salarié. Il est par ailleurs fortement recommandé de contrôler l’usage des ports USB sur les postes dits “sensibles”, en interdisant, entre autres, la copie de l’ensemble des données d’un fichier.

4 – Identifier de manière précise qui peut avoir accès aux données à protéger

L’accès aux fichiers regroupant les données personnelles doit être limité aux seules personnes qui en ont légitimement besoin dans l’exécution de leurs missions. Lors de chaque mouvement de salarié ou affectation d’un agent à un poste, le supérieur hiérarchique alors concerné doit identifier les fichiers auxquels ce dernier a besoin d’accéder, afin de lui en accorder les droits. Il doit également penser à faire la mise à jour de ces mêmes droits, régulièrement, afin d’en interdire l’accès aux salariés dont les activités ne le justifient plus.

5 – Assurer la confidentialité des données vis-à-vis des prestataires

En ce qui concerne les contrats de sous-traitance, la loi impose notamment qu’une clause de confidentialité soit établie au sujet des données auxquels les prestataires peuvent avoir accès. Ainsi, les interventions des divers sous-traitants du système d’information doivent faire l’objet de garanties suffisantes, en terme de sécurité comme de confidentialité. De ce fait, la présence d’un salarié du système informatique est obligatoire lors d’éventuelles interventions de prestataires sur les bases de données d’une entreprise. Ces interventions doivent par ailleurs être consignées dans un registre.

Par ailleurs, les données personnelles dites sensibles, comme celles relatives à la santé, aux opinions politiques, etc, doivent faire à minima l’objet d’un chiffrement.

6 – Sécuriser le réseau local vis-à-vis des attaques extérieures

Des dispositifs de sécurité logiques et spécifiques, tels qu’une sonde anti-intrusions, des routeurs filtrants, un pare-feu, etc, doivent permettre d’assurer un premier niveau de protection du réseau local d’une entreprise. Ces outils doivent être constamment mis à jour, afin d’assurer une protection fiable contre les logiciels espions et les virus. Ces outils doivent être renouvelés aussi bien au niveau du serveur que sur les postes de l’ensemble des salariés.

La messagerie électronique des salariés doit également faire l’objet d’une vigilance toute particulière, étant donné qu’elle est bien souvent la porte d’entrée à de possibles actes malveillants.

De même, les connexions entre les différents sites d’une même société, parfois distants, doit se faire de manière sécurisée, à l’aide de liaisons privées ou de VPN (réseau privé virtuel). Les réseaux sans fil doivent également être sécurisés, en raison de la possibilité de les intercepter à distance.

Pour finir, les accès distants au système d’information, se faisant via des postes nomades, doivent faire l’objet d’une authentification de l’utilisateur du poste.

Par ailleurs, les accès par internet aux différents outils d’administration électronique nécessitent des mesures de sécurité fortes : HTTPS, utilisation de protocoles IPsec, SSL/TLS, etc.

7 – Assurer la sécurité de l’accès physique aux locaux

Il serait vain de sécuriser l’accès virtuel aux données détenues par une entreprise, si les locaux sensibles de cette dernière le sont insuffisamment. Ainsi, l’accès aux salles hébergeant les serveurs informatiques et autres éléments du réseau doit être strictement limité aux salariés habilités. Tout doit être mis en œuvre pour assurer leur sécurité : gardiennage, vérification des habilitations, digicode, portes fermées à clefs, accès par badge nominatif, etc.

De même, les documentations techniques, contrats et autres plans d’adressages réseau doivent également être protégés.

8 – Anticiper la perte ou la divulgation de données

Malheureuse erreur d’un salarié ou acte malveillant, vol d’un ordinateur portable, incendie, dégâts des eaux ou panne matérielle doivent être anticipés. Les données d’une entreprise doivent ainsi être stockées sur des espaces serveurs prévus à cet effet, lesquels font l’objet de sauvegardes régulières. Par ailleurs, les supports de sauvegarde doivent impérativement se trouver dans un local distinct de celui hébergeant les serveurs ; l’idéal étant qu’ils se trouvent dans un coffre ignifugé.

Autre élément important à prendre en compte, les supports nomades (ordinateurs portables, clés USB, assistants personnels, etc), qui doivent faire l’objet d’une attention particulière au regard des données qu’ils peuvent stocker. Les matériels en fin de vie doivent ainsi être impérativement détruits ou bien expurgés de leurs disques durs avant d’être recyclés.

9 – Consigner dans un document la politique de sécurité du système d’information

L’ensemble des règles portant sur la sécurité informatique doit être formalisé dans un document qui sera accessible par l’ensemble des salariés de l’entreprise. Sa rédaction doit être anticipée en réalisant un inventaire des potentielles menaces et vulnérabilité pesant sur le réseau informatique. Ce document doit évoluer de manière régulière, à chaque modification des systèmes ou outils informatiques. Pour finir, tout projet lié au système d’information doit prendre en compte, en amont, le paramètre “sécurité”.

10 – Sensibiliser les salariés à la loi Informatiques et Libertés et aux risques informatiques

En matière de sécurité informatique, le principal risque demeure l’erreur humaine. C’est pourquoi l’ensemble des utilisateurs du système d’information d’une entreprise doivent être sensibilisés aux différents risques inhérents à l’utilisation d’une base de données. Une sensibilisation, tant au regard des lois s’appliquant que des potentiels actes malveillant, qui peut se faire via des formations régulières, la diffusion de notes de service, l’envoi périodique de fiches pratiques, etc.

Une charte informatique doit également être formalisée, laquelle regroupe, à destination de l’ensemble des salariés, les bonnes pratiques à adopter dans le cadre de l’utilisation de son poste de travail.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire